Conférence : L’éducation par le Sport et l’Esport

  • Home
  • Conférence : L’éducation par le Sport et l’Esport

Jeudi 1er Juillet s’est déroulée la deuxième conférence de cette édition Esport Challenge !

Merci aux 200 viewers d’avoir posé de nombreuses questions pertinentes dans le chat durant le live Twitch. Retrouvez le replay de cette conférence Sport/Esport tout en bas de la page, ou sur la chaîne YouTube CROSprovencealpes.

Avec pour titre « L’éducation par le Sport et l’Esport », cette conférence est partie à la rencontre de l’Education au sens large, dans son sens premier « de mise en œuvre de moyens propres à assurer un développement » (Le Robert).

Romain Gazèle a accueilli 7 invités :

En effet, en 3 temps distincts, le débat est allé chercher comment le Sport et l’Esport peuvent être des outils de développement, de sensibilisation et de formation à :

  • La santé publique, la prévention et les modes de consommation
  • La formation professionnelle, scolaire et les métiers du Sport et de l’Esport
  • L’inclusion et l’insertion en tant qu’outils participants aux évolutions sociales et sociétales

Tous les intervenants se rejoignent sur ce point : le Sport et l’Esport sont des outils de développement personnel et professionnel.

La santé publique, la prévention et les modes de consommation

En ce qui concerne la santé et la prévention, nous pouvons faire face à des dérives similaires, d’addiction, de blessures, d’excès. Et “l’encadrement prend toute son importance dans la régulation et l’équilibre du mode de vie, de l’hygiène de vie” (Jaouad El Miri).

L’Esport ne correspond pas au “cliché de l’adolescent boutonneux que nous avions il y a quelques années” (Nicolas Sauvan-Magnet), l’encadrement est de plus en plus rigoureux, professionnel et sécuritaire. Aussi, “nous pouvons retrouver dans l’Esport les mêmes possibilités d’être en bonne santé que dans le Sport” (Corinne Martin).

© Philip Platzer

Ces possibilités se retrouvent dans les opportunités d’accès à la pratique en entreprise par exemple, de faire en sorte que “l’employeur soit un facilitateur et soit attentif au bien-être et à la santé de ses salariés” (Nicolas Sauvan-Magnet). Pour les personnes en situation de chômage ou de précarité par exemple, il est important “d’informer et de sensibiliser sur les modes de consommation du Sport et de l’Esport : car l’hygiène de vie par le Sport et l’Esport est aussi accessible, mais c’est la manière de le consommer qui change, évolue” (Jaouad El Miri).

Sport et Esport n’ont pas à s’opposer dans leurs pratiques, car ils sont complémentaires et peuvent développer de la collaboration et de la réciprocité.

Cela nous amène au deuxième point : la formation.

La formation professionnelle, scolaire et les métiers du Sport et de l’Esport

Sport et Esport ont tous deux des atouts dans le milieu de la formation scolaire, professionnelle et dans leur professionnalisation.

D’une part, les métiers du Sport et de l’Esport.

Différents métiers concernent ces domaines, mais un en particulier nous questionne : l’encadrement de la pratique. Avec la professionnalisation du mouvement sportif, les formations d’encadrement sont de plus en plus reconnues et apportent la sécurité et les compétences nécessaires aux notions de santé, d’hygiène de vie et de prévention.

Cette règle ne déroge pas à l’encadrement esportif, qui apparaît être nécessaire, primordial dans la pratique loisir, amatrice, compétitive. Le BPJEPS APT ESPORT porté par le CROS Région Sud et le CFA Futurosud, en partenariat avec MCES, permet de donner aux apprentis les compétences “couteaux suisses du Sport, [afin qu’ils soient] capables d’encadrer un maximum d’activités sportives, gymniques, collectives, loisirs, pour des personnes de tous âges, de tous niveaux et parfois avec des difficultés de santé” (Corinne Martin).

L’encadrement de l’Esport est très similaire à l’encadrement sportif, qui permet de créer du lien social, qui permet de développer l’esprit d’équipe et offre l’occasion de s’exprimer.

  • D’autre part, le Sport et l’Esport comme outils de formation scolaire et outils professionnels.

Sport et Esport, dans leur pratique, montrent l’importance de l’encadrement, mais aussi l’importance du développement des compétences. Parmi leur plus-value pédagogique ils ont en commun de favoriser l’acquisition de soft skills. En effet, ce sont des outils permettant de mettre en avant l’intelligence émotionnelle, ou encore le travail en équipe, ou la réactivité et la logique.

Les “soft skills” (compétences comportementales) deviennent aujourd’hui incontournables dans les cursus d’enseignement supérieur, dans les formations professionnelles et surtout pendant les entretiens d’embauche.

Parmi les soft skills qui sont stimulés par cette pratique on retrouve l’esprit critique, la créativité, l’empathie et la capacité à résoudre des problèmes. La créativité est l’un des soft skills les plus développés par les pratiquants des jeux vidéo qui passent du temps à explorer des mondes virtuels.

Ces qualités font référence au savoir être plutôt qu’au savoir-faire.

Or dans une économie qui se digitalise à grande vitesse, de plus en plus d’entreprises cherchent à recruter des collaborateurs possédant ce type de compétences.

On remarque que de plus en plus d’entreprises font évoluer leurs méthodes de recrutement en intégrant une partie de gaming, ou une séance de Sport, un match de foot. Tout ça pour analyser le candidat dans ses réactions naturelles” (Jaouad El Miri).

Aussi, le Sport s’invite dans des formations professionnelles, afin de développer la confiance en soi, les capacités physiques, et parfois de révéler des talents cachés, que les stagiaires ne soupçonnaient pas. “Une formation d’agent de sécurité peut facilement intégrer des séances de Sports de combat afin de faire gagner en compétences dans la gestion du stress, dans la méthode de réaction face à une agression etc” (Eva Molnar). Pourquoi pas intégrer des cours de gaming, pour développer la rapidité d’analyse par exemple.

De plus, le monde de l’Esport est vaste, et “beaucoup s’engagent dans ce domaine sans forcément savoir exactement ce qu’ils souhaitent faire comme métier” (Thibaut Guedj). C’est pourquoi il est important dans les formations autour de l’Esport de développer les compétences les plus larges (communication, évènementiel, marketing…) et de “faire de la passion un vecteur d’éducation et de motivation” (Thibault Leflot).

Cela nous amène à nous pencher sur le rôle du Sport et de l’Esport dans les évolutions sociales et sociétales.

L’inclusion et l’insertion en tant qu’outils participant aux évolutions sociales et sociétales

Comme nous l’avons évoqué lors de la première conférence, le Sport et l’Eesport participent grandement aux évolutions sociales et sociétales. Miroir de la société pour l’un, lanceur d’alertes pour l’autre, ces outils deviennent des axes stratégiques dans certaines structures.

La passion comme axe de développement permet de soulever les foules et d’avancer au regard des besoins, mais aussi de créer des opportunités multiples, pour les pratiquants, les entreprises, les investisseurs etc.

Faire évoluer des méthodes d’embauche et l’employabilité de la génération actuelle permet d’anticiper et d’adapter les besoins de la génération future par exemple.

Sécuriser la pratique maintenant par un encadrement reconnu et professionnel permet de répondre à des questions de santé publique et d’hygiène de vie de demain et pour dans 10/20 ans.

L’éducation au sens large, en tant que « mise en œuvre de moyens propres à assurer un développement » (Le Robert), permet de donner au Sport et à l’Esport toute leur place dans la société, dans tous les domaines et sur tous les territoires.

L’éducation par le Sport et l’Esport, c’est aussi augmenter les pistes de réflexion autour des modes de consommation, des modes de vie, afin de créer de nouvelles opportunités et de permettre à chacun/chacune de s’adapter au mieux.

Rendez-vous le samedi 10 juillet pour l’émission #EsportChallenge2021, de 14h30 à 22h, sur la chaîne Twitch !